Le sentiment de justice de et sur l’école (Meuret & Duru-Bellat, 2009)

 mai 2009
par  Jean Heutte
popularité : 4%

Ce livre [...] met le doigt sur un malentendu apparemment tenace autour de la notion de justice, de manière plus quotidienne.

Du côté des enseignants, la notion de justice est avant tout vécue dans le registre scolaire. La façon de noter, d’évaluer…

Il semble [...] qu’un certain nombre de progrès aient été effectués. Tous les enseignements de la docimologie – la science de la notation – entrent peu à peu dans les mœurs. De même que l’importance de l’accompagnement de l’élève par des encouragements, des félicitations – en gros l’idée selon laquelle, en général, on donne plus envie d’apprendre en voyant le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

[...] (cependant...)

...les sciences cognitives [...] montrent qu’il y a des contre-exemples, des cas où il ne faut pas tout de suite et trop fort dire à un élève que ça y est, il est formidable. Tout cela est donc important pour le sentiment de justice. De même, (selon Denis Meuret) les enseignants "semblent très attentifs à ne pas faire de différences entre les classes sociales, les sexes, les origines"…

Alors où se niche le sentiment d’injustice ?

Eh bien autour d’un malentendu autour de la notion de justice, que les enseignants voient donc dans un registre scolaire, alors que les élèves l’étendent à la dimension relationnelle. Pour eux, une école juste c’est une école qui les respecte, c’est une école qui ne les humilie pas. Il y a dans les générations actuelles un impact du regard des autres, du regard des pairs, extrêmement important. Et c’est cet impact que les enseignants sous-estimeraient…

[...]Et c’est là que se situerait le malentendu entre des élèves qui disent "l’école – sous entendu les enseignants – est injuste", alors que les enseignants, dans le registre scolaire, ont le sentiment d’être attentif à ne pas commettre d’injustice. Mais on ne parle pas de la même chose…

Et ce sentiment d’injustice– on le rappelle – est plus important en France…

[...]c’est un des enseignements connus de la comparaison internationale la plus connue, Pisa, réalisée par l’OCDE, et qui montre non seulement que les élèves français sont nettement plus nombreux que les élèves anglais ou américains par exemple à trouver leurs professeurs injustes ; mais qui montre aussi que ce sentiment est beaucoup plus fort chez les élèves les plus fragiles, y compris là aussi quand on compare avec les autres pays.

Le sentiment de justice de et sur l’école , c’est aux éditions De Boeck. Un ouvrage collectif coordonné par Denis MEURET et Marie DURU-BELLAT.


Sources :
- Emmanuel Davidenkoff, Le chemin de l’école, France Info, 16 mai 2009) http://www.franceinfo.fr/spip.php?a...


Publications

Derniers articles publiés