Faire apprendre via une interface homme machine (Linard, 2001)

dimanche 1er novembre 2015
par  Jean Heutte
popularité : 2%

L’application des TIC à l’éducation est toujours difficile. En ce domaine, le concepteur de logiciels ne peut pas compter sur une base préexistante de motivation ou de compétence de l’utilisateur pour pallier les faiblesses du design, puisque c’est précisément cette compétence qu’il s’agit de faire acquérir. Or cette acquisition ne va pas de soi, moins encore chez les élèves, enfants ou adultes, qui n’en possèdent pas d’emblée les mécanismes de base. Contraints de tout découvrir à la fois, les débutants sont des utilisateurs vulnérables que perturbe la moindre erreur de conception et qui réagissent souvent par l’abandon. Il en résulte que, en éducation, les exigences du cahier des charges sont plus contraignantes et plus nombreuses qu’ailleurs.

1. Le double fossé entre information et connaissance, espace-tâche et espace-problème

La conception d’interfaces pour apprendre continue de se heurter à deux difficultés de fond, bien explorées par la psychologie cognitive.

La première tient à la différence radicale, constamment négligée, entre information et connaissance. L’information est le traitement rationnel, et l’état qui en résulte, de données objectives, matérielles et symboliques, manipulables et stockables dans des documents physiques. La connaissance est, chez un individu, l’état subjectif interne de ces données produit par assimilation et auto-transformation mentale. Entre information et connaissance se situent les savoirs ou connaissances-objets, systématisés et organisés par l’usage social. Le savoir est la capacité individuelle de mobiliser ces savoirs ou connaissances par rapport à une activité donnée. Le passage de l’état objectif d’information à l’état subjectif de connaissance et de savoir est complexe : il constitue l’objet même de l’apprentissage et de ses interrogations.

La seconde difficulté redouble la première. C’est la discordance de compétence qui sépare l’"espace-tâche" propre à l’expert et l’"espace-problème" propre à l’apprenant. L’espace-tâche est la description objective idéale, par le spécialiste, des contenus et des procédures d’un domaine ou d’un travail en fonction de buts définis. Cette description peut se stocker sous forme d’"information" et de connaissances-objets dans les dictionnaires et les bases de données. L’espace-problème est la configuration subjective interne des représentations mentales et des actions que le concepteur et l’utilisateur mobilisent à propos de la tâche en question. Cet état de connaissance est individuel : il peut se décrire et se comparer mais il ne peut pas ne peut pas se stocker ni s’échanger. Il ne peut que se modifier et se tester par ses conséquences observables.

Comment aider l’apprenant à franchir ce double fossé entre données objectives et intériorisation subjective ? Au- delà de toutes les innovations techniques, la question ne cesse de se poser en éducation.

Notre hypothèse est que les difficultés d’intégration des technologies en ce domaine persistent en raison d’obstacles moins techniques que théoriques et épistémologiques, aussi bien chez les enseignants que chez les concepteurs.

2. La connaissance : un concept à double face

La psychologie du développement de l’intelligence (Vygotsky, 1934, 1978 ; Piaget, 1946, 1976, 1974 ; Wallon, 1942 ; Bruner, 1973, 1990) l’a montré depuis longtemps : "la" connaissance n’est pas seulement un ensemble de produits ("les" connaissances et savoirs déposés dans les dictionnaires et encyclopédies). Elle est aussi et d’abord un processus individuel de production. En tant que processus, elle dépend pour chacun de fonctions de construction mentale qui mettent en relation les deux faces, externe et interne, de son expérience. De ce point de vue, "la connaissance" est une genèse dynamique par soi et pour soi, de structures cognitives qui évoluent dans le temps. Cette genèse ne se fait pas dans l’absolu, ni dans l’isolement. Elle résulte de l’activité significative de sujets en relation avec des objets au sein d’un environnement donné.

Avec cette définition à double face, objective et subjective, la connaissance devient un phénomène complexe. Les processus généraux en sont théoriquement prévisibles puisqu’ils sont déterminés par des mécanismes universels de développement physique et mental. En même temps, au plan de la réalisation individuelle, ils restent en partie imprévisibles puisque leur fonctionnement dépend des propriétés chaque fois différentes, de la tâche, des sujets- acteurs – bien plus complexes que de simples agents fonctionnels –, de la situation et des outils en jeu.

3. Qu’est-ce qu’apprendre ?

Les réponses à la question "qu’est-ce qu’apprendre", sont aussi anciennes qu’innombrables. Dans le domaine de la conception informatique, deux grands modèles issus de la psychologie américaine ont longtemps servi de cadre de référence à la production de systèmes automatisés d’apprentissage.

Le modèle behavioriste, fondé sur le conditionnement des comportements observables, a surtout inspiré l’enseignement programmé de type linéaire skinnerien ou arborescent crowderien, ainsi que les premières générations d’Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO). Le modèle cognitiviste, fondé sur le traitement logico- symbolique de l’information, a surtout inspiré les générations de l’EIAO (Enseignement ou Environnement Intelligent Assisté par ordinateur). Les deux modèles ont beaucoup contribué à faire progresser la réflexion sur l’acquisition formelle des connaissances et leur modélisation. Toutefois, pour se faciliter l’analyse, ils ont pris le parti d’évacuer le sujet agent de cette acquisition et de se concentrer sur des dimensions objectives plus facilement maîtrisables : que ce soit les comportements observables, la tâche à exécuter ou les fonctions cognitives associés à cette tâche. Cette logique d’ingénieur-expert a permis de rationaliser au maximum les conceptions et les interfaces, mais elle a abouti à des produits abstraits, rigides et peu accessibles au grand public. Au début des années quatre- vingt, l’arrivée des micro-ordinateurs et l’évolution des techniques vers l’interactivité ré-introduisait de fait l’activité de l’utilisateur comme paramètre central dans la conception des systèmes. Elle mettait brutalement en lumière les limites des deux modèles. A la fin des années quatre-vingt, il fallut se tourner vers d’autres sources pour adapter la théorie aux exigences d’autonomie, de convivialité et de flexibilité induites chez les utilisateurs par les possibilités nouvelles des outils.

4. La conception d’IHM en éducation : un problème à trois termes

Dans ce cadre, la conception de systèmes éducatifs devient un problème à trois termes. Comment concilier la description objective des tâches et des contenus avec les dispositions subjectives individuelles des apprenants et avec la dynamique générale des processus d’apprentissage qui les sous-tendent ? La reformulation ne simplifie pas le problème, mais elle explique l’écart qui sépare les espaces cognitifs du concepteur-expert et de l’utilisateur-novice.

Pour l’apprenant comme pour le concepteur, l’interface est par nature un espace interactif et sémiotique "hétérogène" (Pochon et Grossen, 1997b) : un composé complexe de significations, de représentations et d’actions, physiques et symboliques, à gérer et à conduire ensemble. L’écran, support des interactions physiques et symboliques entre système et utilisateurs, condense au moins trois domaines fonctionnels différents : celui des contenus et de la tâche proprement dite ; celui de la navigation de l’utilisateur dans le micromonde artificiel proposé par le système ; celui du pilotage par l’apprenant de son propre apprentissage par rapport aux deux autres domaines.

Du point de vue du débutant, le logiciel cumule donc les contraintes de trois types interdépendants d’apprentissage, chacun associé à un champ différent d’action et de représentation : les contenus de connaissance et la tâche proprement dite, symbolique objectif ; la navigation dans le cyber-espace des objets et des fonctions proposés par le logiciel, technico-pratique ; la conduite de son propre apprentissage dans l’environnement cognitif constitué par les deux précédents, psychologique réflexif.

Du point de vue du concepteur, les mêmes contraintes s’énoncent autrement. Selon Norman (1988), tout concepteur soucieux des réactions de ses utilisateurs se trouve confronté à trois univers différents de représentation cognitive à harmoniser : l’univers des représentations de la tâche propres au concepteur ; l’univers des représentations graphiques et symboliques (objets, fonctions, procédures) telles qu’il les propose dans l’interface selon l’image qu’il se fait de l’utilisateur face à la tâche ; l’univers des représentations mentales et des actions de l’utilisateur quand il met en oeuvre les précédentes en fonction de ses dispositions personnelles, des configurations de la tâche et du logiciel. L’expérience montre que les trois univers se superposent rarement : moins encore quand il existe au départ, comme c’est le cas en éducation, un différentiel maximal de compétence entre concepteur-expert et utilisateur- novice.

Au plan de la conception, la seule stratégie possible pour éviter les incohérences entre les trois dimensions de la tâche, de la navigation et de la conduite de l’apprentissage, est de les traiter ensemble dès le départ. Mais il faut pour cela renverser les priorités et reconnaître à l’interface et aux écrans un rôle essentiel dans l’architecture du système. Il faut en faire le pivot central d’un dispositif où la logique de la tâche et l’interactivité du système sont dès le départ soumises aux impératifs de l’acte d’apprendre et non pas l’inverse.

Dans cette perspective, comment organiser et mettre en scène les relations entre apprenants et écrans d’interface de façon à rapprocher au maximum les exigences du spécialiste et les besoins du débutant ? Comment, au-delà des différences individuelles, assister au mieux pour chacun l’interaction entre les trois domaines imbriqués de la tâche, de la navigation et de la conduite de son propre apprentissage ? Quelle doit être la nature de cette assistance : par supervision centrale du système ou bien par accompagnement de l’activité spontanée de l’apprenant ? Et dans ce cas, comment définir cette activité ?

Il est impossible de répondre à ces questions sans une perspective théorique, même élémentaire et provisoire, ne serait-ce que pour définir l’activité des apprenants et mettre effectivement les outils à leur service. Un cadre de référence est indispensable pour orienter l’analyse et décrire de façon globale et cohérente, les acteurs, leur activité, la tâche et les circonstances.


Source :
Linard, M. (2001). Concevoir des environnements pour apprendre : l’activité humaine, cadre organisateur de l’interactivité technique. Sciences et Techniques Educatives, Environnements interactifs d’apprentissage avec ordinateur - EIAO’2001, 8 (3-4), pp.211-238.

https://hal.inria.fr/file/index/doc...


Publications

Derniers articles publiés