Est-il pertinent de concevoir des hyperdocuments avec ses élèves ? (Heutte, 2001)

 septembre 2001
par  Jean Heutte
popularité : 3%

Essai de réécriture à partir de plusieurs documents utilisés en formation d’enseignants, dans le cadre du projet Hypernaute (de novembre 1995 à juin 2001).

Suite à de nombreuses demandes, je rends accessible ici le document mis en ligne sur le site "Ressources pour l’éducation et la formation", à l’époque où j’en étais le webmestre (jusqu’en juin 2002).

HTML - 77.9 ko
Est-il pertinent de concevoir des hyperdocuments avec ses élèves ? (Heutte, 2001)
Cliquer sur la vignette pour télécharger le document.

 !!! Mise en garde !!! :

Ce document est livré tel quel, j’ai volontairement choisi de ne pas le mettre à jour : il accuse donc le poids des ans (il n’est plus exactement en phase avec les programmes actuels) et contient de quelques erreurs de jeunesse. [1]

Il n’est que le modeste témoignage d’un enseignant qui a découvert le métier d’instituteur en débarquant à Roubaix (en même temps qu’il découvrait le Nord [2]) au cours de l’automne 1981.

Ayant découvert l’orthographe en même temps que l’enseignement [3], j’ai été très vite naturellement attiré par tous les outils qui permettent "d’écrire sans devoir tout réécrire à chaque erreur" (vive le traitement de texte). Je me suis ensuite professionnellement passionné pour tout ce qui peut donner du sens à la production d’écrit dans le soucis de faire progresser des élèves en ZEP, élèves pour lesquels la langue française académique pouvait paraître parfois très étrangère : il me semblait essentiel que l’école tente de gommer autant que faire ce peut ce marqueur social qui constitue souvent un obstacle à une citoyenneté pleine et entière.

Je dois donc beaucoup à Roubaix, car j’y ai beaucoup appris [4]...


[1] Je conseille vivement la lecture d’un extrait d’un de mes cours de l’UE « Informatique et pédagogie », (UFR des Sciences de l’Education, université Charles de Gaulle - Lille3), rédigé en 2003, dont le thème est les hyperdocuments, dans lequel je rectifie un certain nombre de ces "erreurs de jeunesse", notamment le rôle de Vannevar BUSH dans l’histoire des hypertextes...

[2] Parce que je n’avais pas réussi le concours d’entrée à l’Ecole Normale dans mon département...

[3] Présenté en 1986, par un Inspecteur de l’Education Nationale, en pleine conférence pédagogique, devant tous les enseignants de la circonscription, comme étant l’instituteur "le plus nul de France en orthographe"...

[4] Je dois aussi beaucoup à mes élèves, car ils ont été les catalyseurs de la construction de mon identité professionnelle.


Publications

Derniers articles publiés